Groupe de travail technique international du lac Champlain et de la rivière Richelieu

Plan de travail

Résumé du plan de travail

Le plan de travail du Groupe de travail technique définit les tâches qui permettent de réaliser les deux volets mentionnés dans la directive à l’intention de la Commission.

1. Le premier volet concerne la collecte de données existantes et la génération de nouvelles données, en vue du lancement du système de prévision en temps réel des inondations dans le bassin.  

Plusieurs tâches différentes combleront ces lacunes :

  • évaluer la qualité des prévisions des vents de surface et des analyses des précipitations;
  • élaborer un modèle hydrodynamique bidimensionnel expérimental du lac Champlain, au moyen de données bathymétriques;
  • établir un mécanisme de coordination pour échanger des données d’intérêt;
  • recommander une approche pragmatique pour le futur système potentiel de prévision en temps réel des inondations et de cartographie des plaines inondables pour le bassin du lac Champlain et de la rivière Richelieu;
  • collecter et traiter des données acquises par LiDARpour le lac Champlain;
  • régler les différences quant au niveau de référence au Canada et aux États-Unis;
  • collecter de nouvelles données en préparation d’un futur système de prévision des inondations en temps réel et de cartographie des plaines inondables.

2. Le deuxième volet concerne la création de cartes statiques des plaines inondables pour les rives du lac Champlain et de la rivière Richelieu.

Ces cartes ne remplaceront pas les cartes officielles du Québec ni les laisses de crue indiquées dans les plans de gestion et de développement des terres des municipalités régionales de comté (MRC) et dans les règlements municipaux de gestion des terres, et elles ne remplaceront pas les cartes de canaux d’évacuation des crues de la Federal Emergency Management Agency (FEMA) aux États-Unis.

Par contre, elles indiqueront les zones le long de la rivière Richelieu et de la baie Missisquoi qui ont été inondées à divers débits dans la rivière Richelieu, en fonction des niveaux de l’eau dans le lac Champlain.

La production de ces cartes statiques nécessitera les tâches suivantes :

  • consolidation et harmonisation des données provenant des États-Unis;
  • création de modèles altimétriques numériques (MAN) soumis à un contrôle de la qualité, à partir d’ensembles de données LiDAR disponibles le long de la rivière Richelieu et de la baie Missisquoi;
  • mise en place d’un modèle hydraulique bidimensionnel de la rivière Richelieu entre Rouses Point et Sorel;
  • création de cartes statiques continues des plaines inondables du lac Champlain et de la rivière Richelieu reflétant la décharge de la rivière qui correspond à des niveaux prédéterminés du lac.