Conseil international du lac Ontario et le fleuve Saint-Laurent

Débit maximisé étant donné que le niveau d’eau demeure élevé et que l’hiver se poursuit

2018/01/31

Après plusieurs mois d’un fort débit, le niveau d’eau du lac Ontario s’est abaissé à un rythme sans précédent, bien en deçà de son niveau record atteint à la fin de mai 2017; toutefois, son niveau d’eau demeure relativement élevé pour cette période de l’année après un début d’hiver froid et humide. Son débit continue d’être maximisé tout en faisant des réductions intermittentes et temporaires afin de gérer les conditions de glace difficiles sur plusieurs tronçons du fleuve Saint‑Laurent. 

Après le printemps humide record de l’an dernier et malgré les nombreux mois de temps constamment pluvieux qui ont suivi,  le niveau d’eau du lac Ontario avait diminué de 1,12 m (3,7 pi) au début de janvier sous son pic maximal atteint en 2017, soit la plus grande diminution jamais enregistrée de juin jusqu’à la fin décembre. Le froid extrême et la neige tout juste avant le début de l’année 2018, suivi de températures clémentes, de fortes pluies et plus récemment de la fonte de neige, ont entraîné à nouveau une augmentation du niveau d’eau du lac Ontario, qui se situait à 74,91 m (245,77 pi) en date du 30 janvier. C’est 31 cm (12 pouces) au‑dessus de sa moyenne, bien que 28 cm (11,0 pouces) sous son pic de niveau d’eau record atteint pour cette période de l’année établit en 1952. Depuis 1918 (date à laquelle des données fiables ont commencé à être consignées) son niveau d’eau s’est montré élevé seize fois pour cette période de l’année et plus récemment en 2012.

En réponse au niveau d’eau élevé du lac Ontario, le Conseil continue de maintenir un débit des plus élevé tout en gérant les conditions de glace. Des réductions ont été nécessaires récemment afin de favoriser la formation d’un couvert de glace solide et stable dans des tronçons critiques du fleuve Saint‑Laurent, ce qui par la suite, favorise l’augmentation du débit sous la glace. Sans ce couvert de glace stable, le risque d’embâcles est élevé. Ces embâcles peuvent obstruer le fleuve, obligeant une réduction soudaine et importante de son débit et l’augmentation du risque d’inondations localisées. Le débit du lac Ontario est actuellement de 730 mètres cubes par seconde au‑dessus de sa moyenne et 180 mètres cubes par seconde au‑dessus du débit élevé record précédent de 1986 et devrait continuer d’augmenter graduellement à mesure que les conditions de glace et de la météo le permettent. 

Alors que le niveau d’eau du lac Ontario demeure bien au‑dessus de sa moyenne, son suivi pour les mois d’hiver par les années passées, ne s’est pas avéré un indicateur fiable pouvant annoncer son pic de niveau d’eau plus tard au printemps. Les conditions hydrologiques ont une bien plus grande influence et bien qu’impossible à prévoir, il est peu probable que la combinaison exceptionnelle de pluie, fonte des neiges et affluent du lac Érié augmentant rapidement tel que vécu lors du printemps dernier, ne se répète à nouveau cette année et mène à un niveau d’eau extrêmement élevé. Néanmoins, des conditions météorologiques extrêmes peuvent survenir en toute année et, lorsque cela se produit, le risque de niveau d’eau extrême ne peut être réduit substantiellement par la régulation du débit. Par conséquent, il est recommandé aux propriétaires riverains, aux entreprises et aux représentants des administrations locales d’être toujours prêts à composer avec toute la gamme de niveau d’eau qui peut être enregistré sur le lac Ontario, qu’il soit élevé ou bas, maintenant et à l’avenir. 

De concert avec son personnel, le Conseil continue de surveiller et de réévaluer les conditions du lac Ontario de façon continue. Des renseignements sur les conditions hydrologiques, le niveau d’eau et le débit du lac Ontario, dont des graphiques et des photos, se trouvent sur le site Web du Conseil et sont affichés sur sa page Facebook à https://www.facebook.com/ConseilIntduLacOntarioetduFleuveSaintLaurent/ (français), notamment cette vidéo qui explique pourquoi la gestion des conditions de glace sur le fleuve est aussi importante. 

 

Personnes-ressources :

Rob Caldwell : 613‑938-5864; Rob.Caldwell@canada.ca

Arun Heer : 513‑684-6202; Arun.K.Heer@usace.army.mil

 

Le Conseil international du lac Ontario et du fleuve Saint-Laurent précise le débit du lac Ontario en conformité avec le Plan 2014, comme il est prescrit dans l’ordonnance supplémentaire de 2016 de la Commission mixte internationale. Les États-Unis et le Canada ont convenu du Plan en décembre 2016 pour tenter d’améliorer la performance environnementale tout en conservant la plupart des avantages qu’apportait aux autres parties prenantes le Plan 1958‑D, en vigueur précédemment depuis 1963. Afin de déterminer le débit, le Conseil et son personnel suivent de près le niveau d’eau du réseau hydrographique du lac Ontario et du fleuve Saint-Laurent ainsi que des Grands Lacs d’amont, de même que les effets qu’a ce niveau sur les intervenants de tout le bassin. 

Le niveau d’eau varie d’année en année et à l’intérieur d’une même année suivant les conditions météorologiques et les conditions liées à l’approvisionnement en eau. De telles variations sont bénéfiques pour les milieux humides côtiers et sont essentielles à la santé du milieu lacustre, mais elles peuvent parfois, suivant les circonstances données, accroître la vulnérabilité des structures riveraines et réduire les possibilités de navigation de plaisance. Le Conseil exhorte tous les résidents à se préparer à composer avec toute la gamme de niveaux d’eau qui ont été enregistrés par le passé et qui pourraient se produire à l’avenir. D’après les observations historiques et les prévisions des conditions futures, le niveau d’eau du lac Ontario devrait varier au moins d’une hauteur maximale de 75,88 m (248,95 pi) à une hauteur minimale de 73,56 m (241,3 pi) à de rares intervalles. Nous reconnaissons toutefois que les conditions climatiques futures sont incertaines et que, par conséquent, des niveaux d’eau particulièrement extrêmes pourraient être atteints plus souvent que par le passé. Le niveau d’eau du fleuve Saint-Laurent a tendance à varier davantage que celui du lac Ontario. De plus, ces chiffres ne tiennent pas compte de l’effet variable des vents forts et des vagues, qui peuvent faire augmenter ou réduire considérablement le niveau d’eau local des lacs et des rivières, entraînant des variations temporaires de plus d’un demi-mètre (2 pi) à certains endroits. 

Pour en savoir plus, visitez le site Web du Conseil (http://ijc.org/fr_/islrbc) et sa page Facebook (https://www.facebook.com/ConseilIntduLacOntarioetduFleuveSaintLaurent/). Pour recevoir toutes les semaines un courriel sur les niveaux d’eau et les débits dans le réseau hydrographique du lac Ontario et du fleuve Saint-Laurent, écrivez à stlaw-L-subscribe@cciw.ca, en inscrivant le mot « abonnement » en objet et dans le message.