Conseil international du lac Ontario et le fleuve Saint-Laurent

Le niveau d’eau du lac Ontario atteint sa hauteur maximale alors que le débit demeure élevé

2018/06/11

Le printemps est arrivé et est essentiellement reparti du système du lac Ontario et du fleuve Saint‑Laurent et des conditions météorologiques beaucoup plus modérées font en sorte que le niveau d’eau sur l’ensemble du bassin est bien en deçà de celui extrêmement élevé de l’an dernier.

En date du 5 juin, le niveau d’eau du lac Ontario était 4 cm (1,6 po) plus bas que son élévation maximale de 75,30 m (247.05 pi.), atteinte le 22 mai 2018; soit 20 cm (7,9 po) au-dessus de sa moyenne, mais 59 cm (23,2 po) en dessous de son élévation enregistré à pareille date l’an dernier, lorsqu’il était tout près de sa hauteur record de 2017. Pour cette année, le niveau d’eau du lac Ontario a probablement atteint sa hauteur maximale saisonnière et, bien que d’autres épisodes de pluie puissent entraîner une stabilisation temporaire de son niveau d’eau ou une légère hausse, on s’attend à ce qu’il continue de baisser au cours des mois d’été.

Le débit du lac Ontario continue d’être ajusté en fonction du Plan 2014 qui lui, continue de répondre  au niveau d’eau supérieur à la moyenne du lac Ontario et à l’affluent des Grands Lacs d’amont. La quantité d’eau écoulée du lac Ontario au cours des 12 derniers mois (de juin 2017 à mai 2018) est la deuxième quantité en importance enregistrée au cours d’une telle période depuis le début de la collecte des prises de données en 1900 (seuls ceux de 1986-1987 étaient légèrement plus élevés) et qui équivaut à près de 15 mètres ou 50 pieds d’eau drainée du lac Ontario au cours des 12 derniers mois.

Le débit récent du lac Ontario était conforme aux règles de la limite « L » du Plan 2014 qui prescrivent le débit maximal qui peut être libéré pour un niveau donné du lac Ontario, tout en maintenant des conditions sécuritaires pour la navigation dans le cours supérieur du fleuve Saint-Laurent. Son débit continue d’être bien au‑dessus de sa moyenne et arrive actuellement au sixième rang de son débit le plus élevé enregistré à pareille date depuis 1960. Le dimanche 3 juin, le débit du lac Ontario fut considérablement réduit de 16 %, pour faciliter le renflouement d’un pétrolier échoué, le Chem Norma, près de Morrisburg (Ontario). Au moment où le navire a été libéré, la réduction du débit avait fait monter le niveau d’eau du lac St. Lawrence de 30 cm (1 pi) à proximité du navire. Ce faisant, 1 cm (0,4 po) d’eau a été temporairement stocké sur le lac Ontario. Cette petite quantité d’eau est déjà en train d’en être retiré maintenant que le navire n’est plus échoué.

Au cours de la dernière fin de semaine, avant et après les changements temporaires de débit du lac Ontario de même  qu’en réponse à la baisse de son niveau d’eau et débit élevé, le niveau d’eau du lac St. Lawrence a généralement été bien en deçà de sa moyenne pour cette période de l’année. Son niveau d’eau actuel est à 73,34 m (240,62 pi), soit 31 cm (12,2 po) sous sa moyenne. Le niveau du lac St. Lawrence devrait continuer à baisser lentement au cours des prochaines semaines.

L’affluent de la rivière des Outaouais qui se jette dans le cours inférieur du fleuve Saint-Laurent au et près du lac Saint-Louis, a récemment chuté après avoir atteint son élévation maximale le 10 mai dernier. Il est maintenant près de sa moyenne saisonnière et devrait continuer de diminuer au cours de l’été. Le niveau d’eau du lac Saint-Louis a généralement diminué depuis la dernière semaine de mai, alors que le débit de la rivière des Outaouais continue de baisser. Le niveau d’eau actuel du lac Saint-Louis est de 21,93 m (71,95 pi), soit 52 cm (20,5 po) au-dessus de sa moyenne.

Le Conseil souhaite rappeler aux lecteurs que les conditions météorologiques et hydrologiques ont un rôle  prédominant sur la régularisation de l’eau du lac Ontario pour ce qui est d’influencer son niveau d’eau, et des conditions extrêmes peuvent survenir à n’importe quel moment où année que ce soit. Lors de pluies extrêmes, le niveau d’eau du lac Ontario peut s’élever rapidement sur tout le système lac Ontario – fleuve Saint-Laurent et peut être amplifié par les forces du vent. Le Conseil ne peut faire grand-chose pour prévenir ou palier à un tel événement par la régularisation du débit; c’est pourquoi il exhorte les collectivités à rester en contact avec les fonctionnaires locaux et les gestionnaires des urgences et à prendre des dispositions pour identifier un plan d’action d’urgence afin de protéger leurs biens si de telles conditions devaient se produisent. De même, les répercussions d’un bas niveau d’eau peuvent aussi se produire pendant les périodes de temps sec et de sécheresse grave, de sorte que les propriétaires riverains et les propriétaires d’entreprises, les plaisanciers et les représentants des administrations locales devraient toujours être prêts à l’avenir, à faire face à toute la gamme de niveau d’eau du lac Ontario et du fleuve Saint-Laurent.

De concert avec son personnel, le Conseil poursuit sa surveillance en continu des conditions. Pour obtenir des renseignements sur les conditions hydrologiques, le niveau d’eau du lac Ontario et son débit, y compris des graphiques et des photos, veuillez consulter le site Web du Conseil et sa page Facebook : https://www.facebook.com/ConseilIntduLacOntarioetduFleuveSaintLaurent/ (français).


Personnes-ressources :

Rob Caldwell : (613) 938-5864; Rob.Caldwell@canada.ca

Arun Heer : (513) 684-6202; ILOSLRB-USSection@usace.army.mil

Le Conseil international du lac Ontario et du fleuve Saint-Laurent ajuste le débit du lac Ontario en conformité avec le Plan 2014, comme prescrit dans l’ordonnance supplémentaire de 2016 de la Commission mixte internationale. Les États-Unis et le Canada ont convenu du Plan en décembre 2016 pour tenter d’améliorer la performance environnementale tout en conservant la plupart des avantages qu’apportait aux autres parties prenantes le Plan 1958-D, en vigueur précédemment depuis 1963. Afin de déterminer le débit, le Conseil, avec son personnel, suit de près le niveau d’eau du lac Ontario et celui du fleuve Saint-Laurent ainsi que des Grands Lacs en amont et porte une attention particulière aux effets sur les parties prenantes dans le bassin.

Le niveau d’eau varie d’année en année et à l’intérieur d’une même année selon les conditions météorologiques et les conditions liées à l’approvisionnement en eau. De telles variations sont bénéfiques pour les milieux humides côtiers et sont essentielles à la santé du milieu lacustre, mais elles peuvent parfois, suivant les circonstances données, accroître la vulnérabilité des structures riveraines et réduire les possibilités de navigation de plaisance. Le Conseil exhorte tous les résidents à se préparer à composer avec toute la gamme de niveau d’eau qui fut enregistré par le passé et qui pourrait se produire à l’avenir. D’après les observations historiques et les prévisions des conditions futures, le niveau d’eau du lac Ontario devraient varier au moins d’une hauteur maximale de 75,88 m (248,95 pi) à une hauteur minimale de 73,56 m (241,3 pi) à de rares intervalles. Nous reconnaissons toutefois que les conditions climatiques futures sont incertaines et que, par conséquent, un niveau d’eau particulièrement extrême pourrait être atteint plus souvent que par le passé. Le niveau d’eau du fleuve Saint-Laurent a tendance à varier davantage que celui du lac Ontario. De plus, ces chiffres ne tiennent pas compte de l’effet variable des vents forts et des vagues, qui peuvent faire augmenter ou réduire considérablement le niveau d’eau local des lacs et du fleuve, entraînant des variations temporaires de plus d’un demi-mètre (2 pi) à certains endroits.

Pour en savoir plus, visitez le site Web du Conseil (http://www.ijc.org/fr_/islrbc) et sa page Facebook (https://www.facebook.com/ConseilIntduLacOntarioetduFleuveSaintLaurent/). Pour recevoir un courriel hebdomadaire sur le niveau d’eau et le débit du lac Ontario et du fleuve Saint-Laurent, veuillez envoyer un courriel vide à stlaw-L-subscribe@cciw.ca, et inscrire le mot « m’abonner » dans le titre ainsi que dans le corps du message.