Début de la phase 2 de l’examen accéléré du Plan 2014 (lac Ontario)

19 avril 2022
st lawrence river plan 2014 phase 2 expedited review

L’examen accéléré du Plan 2014, qui est le plan de gestion du débit sortant du lac Ontario, vient de passer à une deuxième phase de plus grande envergure que la première. L’accent porte désormais sur les rouages du plan et sur les changements dont il pourrait bénéficier.

Le Plan 2014 est un regroupement de règles dont l’objet est de contrôler le débit sortant du lac Ontario (lequel se déverse dans le fleuve Saint-Laurent), grâce à un barrage situé dans le cours supérieur du Saint-Laurent. Le Plan vise à modérer les niveaux d'eau extrêmes tout en en permettant une variation plus naturelle de l’écoulement. Le Conseil international du lac Ontario et du fleuve Saint-Laurent peut dévier des règles établies dans le Plan 2014 et ajuster le débit sortant quand les niveaux d’eau atteignent des extrêmes.

La Commission mixte internationale (CMI) a ordonné la tenue de l’examen accéléré au début de 2020. La phase 1, qui s'est achevée en novembre 2021, visait à soutenir les travaux du Conseil international du lac Ontario et du fleuve Saint-Laurent dans le cadre de la surveillance des opérations du Plan 2014.

La phase 2 comprendra une analyse approfondie du Plan 2014, en particulier pour ce qui est de la réponse du Plan en cas de niveaux d’eau extrêmes, hauts comme bas, et de répercussions des changements climatiques.

En collaboration avec des décideurs et des représentants des divers secteurs d’intérêts, les chercheurs mettront au point un Modèle de vision commune pour évaluer le Plan 2014 et les changements pouvant y être apportés. Le modèle de vision partagée combinera des outils d’anticipation des impacts des divers niveaux d’eau sur les modes d’utilisation et les secteurs d’intérêt du lac et de la rivière en sorte de permettre un examen d’ensemble des résultats.

predictive models plan 2014 phase 2

Lors de la phase 2, les différents modèles prédictifs alimenteront un modèle global. Source : Comité de gestion adaptative des Grands Lacs et du fleuve Saint-Laurent

Les différents modèles prédictifs qui alimentent le modèle global de vision partagée intégreront divers scénarios d’apports d’eau, certains prévoyant des niveaux plus élevés ou plus bas que ceux observés dans le passé. Une partie de ces scénarios décriront les tendances sur plusieurs années afin de permettre la prise en compte des répercussions potentielles à long terme. Par exemple, les analyses de la phase 2 incluront directement les nations autochtones et mettront davantage l’accent sur les impacts écosystémiques pouvant être mesurés après quelques années seulement.

Une fois ces aspects en place, les modèles informatiques permettront de comparer l’incidence du Plan 2014 sur le niveau du lac et le débit du fleuve aux effets de tout changement proposé, comme la modification des limites en cas de crue ou d’étiage ou des « seuils de déclenchement » quand le Conseil est autorisé à s’écarter du Plan. Les modèles simuleront la façon dont se feront ces comparaisons selon un ensemble de scénarios différents d’apports d’eau (faibles ou importants) susceptibles d’être provoqués par les changements climatiques.

Le Conseil international du lac Ontario et du fleuve Saint-Laurent décidera de la meilleure façon de mesurer et d’évaluer les répercussions des changements proposés au Plan. Le Conseil recommandera à la Commission tout changement qu’elle jugera nécessaire.

lake ontario cobourg

Lac Ontario à Cobourg (Ontario). Crédit photo : Shutterstock

Après avoir recueilli les commentaires du public lors de la phase 2 de l’examen accéléré du Plan 2014, la Commission transmettra ses recommandations de modification aux gouvernements du Canada et des États-Unis aux fins d’approbation. Si les deux pays sont d’accord, la CMI mettra ces changements en œuvre.

Le Plan 2014 de régularisation du débit sortant du lac Ontario est entré en vigueur en janvier 2017 après 16 années d’étude, de consultations publiques et de délibérations à l’échelon des gouvernements.

C’est le Comité de gestion adaptative des Grands Lacs et du fleuve Saint-Laurent (GAGL) qui a été chargé de conduire l’examen accéléré du Plan 2014.

Il s’agit du premier examen exhaustif qu’effectue le Comité GAGL (qui a été créé en 2015 par la CMI afin d’étudier les plans de gestion des débits sortants du lac Ontario et du lac Supérieur). La phase 2, qui a commencé à l’automne 2021, devrait se terminer au quatrième trimestre de 2024, sous réserve de l’obtention du financement nécessaire. Le Canada et les États-Unis se sont engagé à verser chacun environ 1,8 million de dollars pour la phase 2, et la CMI travaille avec les deux gouvernements pour obtenir le reste du financement.