L’étude du barrage propose des options d’amélioration de la passe à poissons sur la rivière Sainte-Croix, à hauteur de la frontière entre le Maine et le Nouveau-Brunswick