L’étude sur les crues du lac Champlain et de la rivière Richelieu souligne la puissance des milieux humides