Plusieurs intervenants participent à l’étude de la rivière Souris

04 février 2019
tree usfws

Alors qu’il entreprend sa troisième année d’activité, le Groupe d’étude international de la rivière Souris poursuit ses travaux en vue de recommander des mesures de protection contre les inondations et d’approvisionnement en eau qui vont au-delà de celles prévues dans l’accord de 1989 entre le Canada et les États-Unis sur la maîtrise des crues et l’approvisionnement en eau.

Pour mieux comprendre les inondations, l’approvisionnement en eau et d’autres utilisations bénéfiques de l’eau dans le bassin, il faut examiner les règles de fonctionnement, puis établir et analyser une multiplicité de scénarios opérationnels à l’aide de divers modèles.

tree usfws
Crédit : Colette Guariglia / U.S. Fisheries and Wildlife Service

En plus de son groupe principal d’experts en sciences et en politiques du Canada et des États-Unis, le Groupe d’étude compte sur l’apport de plusieurs organismes consultatifs pour mener à bien ses divers travaux.

On a fait appel à un groupe de consultation publique, à un groupe consultatif d’organismes ressources, à un groupe consultatif sur le climat et à un groupe d’examen indépendant, qui jouent tous des rôles importants pour la production de résultats crédibles et de grande qualité à la fin de l’étude. Les groupes sont composés de membres provenant des deux pays qui apportent à l’étude une variété de perspectives personnelles, communautaires et professionnelles pertinentes. L’information sur les membres est affichée sur la page Web de l’étude.

« Comme c’est le cas pour la plupart des processus scientifiques rigoureux, le Groupe d’étude incorporera un examen par les pairs et rendra les données accessibles aux organismes et aux membres du public des deux côtés de la frontière tout au long de ses travaux » [traduction], a déclaré Bruce Davison, gestionnaire de l’étude canadienne et hydrologue à Environnement et Changement climatique Canada, à Saskatoon (Saskatchewan).

« C’est important si l’on veut que les recommandations du Groupe d’étude soient réalisables et qu’elles représentent le point de vue des gens qui vivent et travaillent dans le bassin. » [Traduction]

Le Groupe consultatif public et le Groupe consultatif des organismes ressources jouent un double rôle.

En effet, les membres sont chargés de faire valoir les points de vue du public, des organismes et de l’industrie ainsi que de communiquer les progrès de l’étude à ces grands réseaux.

Par exemple, les deux groupes consultatifs recueillent des données qui serviront à l’élaboration d’indicateurs de rendement, soit des mesures de la façon dont la société, l’économie et l’environnement pourraient être touchés par un changement des niveaux d’eau. Les indicateurs de rendement sont utilisés dans les modèles informatiques qui permettent de tester divers scénarios opérationnels.

Les autres groupes qui contribueront au processus d’assurance de la qualité à des moments clés de l’étude comprennent un groupe consultatif sur le climat, un groupe d’examen indépendant ainsi que des représentants des Premières Nations, des Métis et des Tribus.

Le Groupe consultatif public joue un rôle majeur en offrant au public des occasions de participer à l’étude grâce à l’organisation de réunions publiques ainsi qu’à la publication de fiches d’information, de messages sur les médias sociaux et d’autres produits de communication en langage clair.

La prochaine réunion publique aura lieu à Brandon (Manitoba) le 19 février, dans le cadre de la conférence annuelle de l’Initiative du bassin de la rivière Assiniboine. L’inscription se fait en ligne.

« Tous ceux qui vivent dans le bassin versant sont touchés par les crues et les sécheresses, en plus d’avoir un intérêt pour la façon dont les barrages et les réservoirs des deux pays fonctionnent » [traduction], a déclaré Gregg Wiche, directeur de l’étude américaine et chef de district au US Geological Survey, à Bismarck (Dakota du Nord).

« Nous encourageons tout le monde à venir rencontrer les membres du Groupe d’étude à Brandon et à s’informer sur le travail que nous accomplissons dans le bassin. »

Vous pouvez visiter la page Web de l’étude et vous inscrire pour recevoir des nouvelles, comme des avis de réunions publiques et de consultations ainsi que des rapports et d’autres publications.