Pour tout ce qu’ils font : Hommage aux membres actuels et aux ex-membres des conseils à la réunion semestrielle de l’automne

15 novembre 2018
john jackson

Les réunions semestrielles tenues au printemps et à l’automne par la CMI constituent l’occasion pour les commissaires et les membres des conseils de discuter des projets en cours et à venir visant à protéger et à restaurer les eaux le long de la frontière canado-américaine. Lors de la plus récente réunion semestrielle, qui a eu lieu à la fin d’octobre au bureau de la Section canadienne de la CMI à Ottawa, c’était aussi le moment de rendre hommage aux membres des conseils pour leurs précieux services.

Des gens de divers horizons travaillent au sein des nombreux conseils de la CMI, et leur rendre hommage est une façon de montrer que nous apprécions tout ce qu’ils font. Les membres des conseils sont des retraités, de simples citoyens et d’autres personnes qui, outre l’emploi qu’ils occupent dans l’administration publique, dans le milieu universitaire ou ailleurs mettent leurs compétences au service du public et s’attaquent aux problèmes des divers bassins hydrographiques.

Parmi les ex‑membres et membres actuels du Conseil de la qualité de l’eau des Grands Lacs à qui l’on a rendu hommage lors de la réunion semestrielle de l’automne dernier, mentionnons :

  • John Jackson, qui a été un chef de file dans les recherches menées par le Conseil sur les produits chimiques ignifuges (PBDE) dans le bassin, en mettant l’accent sur les politiques visant à régler les problèmes liés aux produits chimiques. M. Jackson a travaillé pendant 30 ans pour Great Lakes United (GLU), une coalition de groupes de citoyens au Canada et aux États-Unis. Il était responsable des programmes de GLU rattachés aux enjeux nucléaires, y compris les déchets radioactifs, la qualité et la quantité d’eau ainsi que les enjeux binationaux, incluant l’Accord relatif à la qualité de l’eau dans les Grands Lacs et l’Entente sur les ressources en eaux durables du bassin des Grands Lacs et du Saint-Laurent. 
john jackson
Les coprésidents du Conseil de la qualité de l’eau, Rob de Loë, à gauche, et David Ullrich, à droite, entourent M. Jackson.

 

  • Tinka Hyde, qui a travaillé au Conseil de mars 2017 à juin 2018 à titre de représentante de l’Environmental Protection Agency (EPA) des États-Unis. Mme Hyde a été membre du Groupe de travail sur les problèmes hérités du passé, qui examine et évalue les règlements, les politiques, les programmes et les mesures liés aux produits chimiques et aux polluants ayant une incidence sur la qualité de l’eau des Grands Lacs. Elle a contribué à l’élaboration des rapports de 2017 du Conseil sur la gestion des éléments nutritifs dans le bassin hydrographique du lac Érié et sur la lutte contre les polybromodiphényléthers dans le bassin des Grands Lacs.
     
  • Karl Gebhardt, qui a travaillé au Conseil pendant trois ans et demi, jusqu’en août 2018, à titre de représentant de l’Ohio Environmental Protection Agency. M. Gebhardt était membre du Groupe de travail sur les questions émergentes du Conseil, qui se concentre sur la détermination des enjeux émergents dans les Grands Lacs et la recommandation de stratégies et d’approches pour relever ces défis potentiels. Il a contribué à l’élaboration du rapport de 2017 du Conseil sur les changements climatiques et l’adaptation dans les Grands Lacs, ainsi qu’aux travaux en cours sur les milieux humides dans la région des Grands Lacs.

La Commission a également rendu hommage à Fred Luckey pour son travail au sein du Comité de gestion adaptative des Grands Lacs et du fleuve Saint-Laurent (GAGLFSL). M. Luckey est récemment parti à la retraite de l’EPA et il a quitté le GAGLFSL en août. Il était l’un des membres d’origine, nommé au début de 2015, et il a apporté une mine de connaissances sur les pêches et les milieux humides dans la région des Grands Lacs.

Le travail de Gwyn Graham au sein de trois conseils a été reconnu. M. Graham était secrétaire de la Section canadienne des conseils du lac Osoyoos, du lac Kootenay et du fleuve Columbia depuis 2011 quand il a quitté ses fonctions plus tôt cette année.

Dans le dossier du lac Osoyoos, il a guidé la CMI en élargissant la portée pour inclure des personnes du public et a joué un rôle déterminant dans l’exécution du récent examen de la courbe des niveaux optimaux du lac Osoyoos et l’élaboration d’un protocole de communication pour fournir des mises à jour sur le niveau de l’eau à la collectivité. Sur le Kootenay, il a établi de solides partenariats avec des sociétés d’hydroélectricité et la collectivité, ayant travaillé au projet de dragage de Grohman Narrows proposé par BC Hydro et mis régulièrement à jour les prévisions de niveau d’eau et les cibles fournies par les exploitants de barrages. 

charlene mason
Le commissaire Rich Moy, à gauche, et Charlene Mason, à droite.

 

Les commissaires ont également reconnu le travail de Charlene Mason, qui s’est jointe au tout nouveau Conseil du bassin du lac des Bois et de la rivière à la Pluie à titre de membre en règle en mars 2013. Mme Mason est coprésidente pour les États‑Unis du groupe consultatif communautaire et du comité d’engagement du Conseil. En raison des activités qu’elle exerce au Conseil, elle a été invitée à présenter un exposé à l’une des dix assemblées publiques sur la qualité de l’eau tenues par le gouverneur du Minnesota Mark Dayton en 2017.

La Commission a également reconnu le travail de Kate Bassil comme membre du Conseil consultatif des professionnels de la santé. Mme Bassil, du service de santé publique de Toronto et de la Dalla Lana School of Public Health de l’Université de Toronto, travaille au sein du Conseil depuis 2011. L’un de ses efforts les plus remarquables a consisté à corédiger un article intitulé « Integrating Environmental and Human Health Databases in the Great Lakes Basin : Themes, Challenges and Future Directions », qui s’appuyait sur un rapport du Conseil et qui a été publié dans l’International Journal of Environmental Research and Public Health en 2015.