Principes directeurs

Principes de l’IIBH :

  1. Approche écosystémique intégrée
  2. Collaboration binationale
  3. Concours des experts locaux
  4. Participation du public
  5. Composition des conseils inclusive et équilibrée
  6. Dialogue ouvert et respectueux
  7. Optique de la gestion adaptative

Approche écosystémique intégrée aux enjeux liés aux eaux limitrophes

Une approche écosystémique intégrée considère l'écosystème du bassin versant dans son ensemble, en tenant compte des collectivités, de la flore et de la faune des lieux et en s’efforçant d'équilibrer tous les intérêts sans se limiter à un seul côté de la frontière.

Collaboration binationale 

Une participation égale du Canada et des États-Unis, ainsi qu’une sensibilisation et compréhension partagées des enjeux qui ont une incidence sur le débit et la qualité des eaux limitrophes constituent des éléments essentiels pour une intendance efficace de ces eaux. La détermination d'un ensemble commun de faits scientifiquement crédibles est essentielle et c’est le fruit d’une collaboration binationale au plan des constatations, des efforts de surveillance et des rapports sur la qualité, cernant et décrivant les conditions, les menaces et les opportunités pour ces eaux partagées.

Concours des experts locaux

Chaque bassin versant a sa propre géographie, des écosystèmes et des défis particuliers que les populations locales comprennent bien. Les gens et les institutions locales sont souvent les mieux placés pour prévenir ou résoudre de nombreux problèmes liés aux ressources hydriques et à l'environnement et prendre des mesures durables communes. Le concours des experts locaux est fondamental pour pouvoir aborder comme il faut toute question afférente à l'eau.

Participation du public

Les eaux des bassins transfrontaliers appartiennent à la population et leur intendance réussie passe donc par un public éclairé et engagé. Les conseils chargés de divers bassins hydrographiques s’attachent à maintenir le public constamment au courant de l'état des enjeux et des résultats qui sont obtenus au fur et à mesure, et offrent leurs points de vue et leurs conseils sur une base régulière. L’organisation de réunions publiques, la distribution de rapports et la tenue de forums et d'ateliers instructifs sur l’eau sont essentielles pour faciliter l'échange d'idées et fournir une tribune où faire part des dernières connaissances scientifiques et des meilleures pratiques à toutes les parties prenantes du bassin.

Composition des conseils inclusive et équilibrée

L’intendance transfrontalière de l'eau est renforcée par toute une diversité d’optiques, d’experts et de cadres de référence. Les conseils chargés des bassins hydrographiques s’avèrent d’autant plus efficaces lorsque les membres des gouvernements fédéraux, étatiques et provinciaux, comptent parmi eux des membres des Premières Nations, des tribus américaines et des communautés Métis, ainsi que des gouvernements locaux, des organisations non gouvernementales, de l'industrie et du secteur privé. Les conseils doivent être représentatifs de la communauté de leurs bassins respectifs et en refléter la diversité, tant sur le plan de l’expertise que de la parité des sexes et de la répartition géographique.

Dialogue ouvert et respectueux

Les divers points de vue sont respectés et des efforts sont déployés pour bâtir la confiance et la compréhension tout en recherchant un consensus avec une vaste participation des parties prenantes au cours des délibérations. Il arrivera à l’occasion qu’un consensus ne peut être atteint et une majorité devra peut-être choisir le résultat souhaité, mais toutes les voix auront eu l'occasion de se faire entendre dans le cadre de ce processus de collaboration.

Optique de la gestion adaptative

L’intendance des eaux transfrontalières est un processus continu où les écosystèmes sont en perpétuelle évolution (p. ex., changements climatiques et pratiques d'utilisation des terres) tout comme les besoins des parties prenantes et leurs préoccupations. Évaluer de manière itérative l'efficacité des décisions au fil du temps à l’aide de nouvelles données scientifiques et autres permet de déterminer les mesures à prendre pour une meilleure gestion de l'eau.